Ce monument rappelle un événement considérable qui allait faire avancer d’un grand pas la science aéronautique.

Colonne Blanchard | OTPO
Colonne Blanchard | OTPO

Un lieu historique

C’est un peu au-delà de la maison forestière, sur le côté sud-est de la route, que débouche l’allée conduisant au monument de Blanchard.
Ici fut le point d’atterrissage, en 1785, du premier voyage aérien au-dessus de la mer. Le 7 janvier 1785, après être parti de Douvres, l’aéronaute Jean-Pierre Blanchard et le docteur John Jeffries traversèrent la manche en ballon gonflé à l’hydrogène. La colonne Blanchard est le monument commémoratif érigé en leur honneur, à l’endroit où ils atterrirent ce jour -là, dans une clairière de la forêt. Ce moment historique a donné son nom à cette partie du bois : le Bois de Ballon.
Le sentier du bois de Ballon

Un exploit inespéré

Jean-Pierre Blanchard rallie l’Angleterre en septembre 1784 avec le fol espoir de revenir en ballon. Quatre mois plus tard, le rêve devient réalité. Le 7 janvier 1785 au petit matin, le ciel est dégagé, la température très fraîche. En dépit de l’avis contraire des marins, Jean-Pierre Blanchard et le docteur Jeffries décident de prendre de la hauteur pour rallier les côtes françaises. Il est 13h05, le ballon à l’imperméabilité incertaine s’élève en rotation sur lui-même au-dessus du château de Douvres avec à son bord quarante-trois petits kilos d’objets et de lest. Le ballon, muni d’ailes, d’un gouvernail et d’une hélice avance lentement et perd de l’altitude de temps à autre, obligeant les deux hommes à se séparer des provisions, des ailes, du gouvernail, du moulinet, des ornements de la nacelle puis de la bouteille à ouvrir en cas de couronnement. L’aérostat qui perd encore de la hauteur, pousse le duo à un improbable striptease au-dessus de la Manche. Ne leur reste plus que leur gilet de liège. Rien n’y fait. Et c’est au moment où Jeffries se propose de se sacrifier que le ballon prend de nouveau de l’altitude. Il est quinze heures lorsque dans un dernier bond, le plus élevé du périple, le ballon franchit la côte entre les caps Gris-Nez et Blanc-Nez. Dans un dernier coup de vent, les deux aéronautes se posent tant bien que mal, sans s’écraser, dans la forêt de Guînes. Jean-Pierre Blanchard et John Jeffries viennent de réaliser la première traversée de la Manche par voie aérienne.
(source : site de la ville de Guînes)